Qu’apprenons-nous dans cette école ?

Nous apprenons à être

Apprendre à être plutôt qu’apprendre des savoirs théoriques, apprendre à vivre, « apprendre par l’expérience de la vie, par l’entrainement du corps et de l’esprit afin d’acquérir une sagesse pratique » Frédéric Lenoir. Comme le dit Montaigne « Préférer une tête bien faite à une tête bien pleine ».

Apprendre à être, c’est à dire penser par soi-même, se faire son propre jugement. Qu’est ce qui est bon pour moi ? La réponse doit se faire à partir de ce que je ressens, je vois, je constate et j’éprouve par moi-même. Pas seulement à partir de théories apprises (la pensée des autres), des coutumes, des préjugés, de la société dans laquelle je vis.

Apprendre à être moi-même, c’est faire la différence entre ce que : nous sommes (la personnalité, la force, la beauté, l’intelligence, la volonté…), nous avons (avoirs et possessions), nous représentons (positions sociale, renommé, gloire).

Etre soi-même c’est « ce que quelqu’un possède pour soi, ce qui l’accompagne dans la solitude et que personne ne peut ni lui donner, ni lui prendre » Frédéric Lenoir.

Apprendre à être plutôt qu’avoir.

Etre soi-même, c’est prendre conscience de ce que je ne suis pas, c’est à dire :

  • celui qui possède du matériel, du pouvoir, une renommée, …
  • celui que j’aimerais être, sans failles ni faiblesses, parfait aux yeux de tous, sauf de moi-même.
  • celui qui cherche à oublier sa souffrance dans les plaisirs éphémères qu’offre la société actuelle, en surconsommant sans se rendre compte que je ne suis jamais satisfait.

    La philosophie de l’être :

    Cette école ouvre l’accès à une connaissance vraie de ce que nous sommes pour savoir ce qui nous convient, et renoncer à suivre une morale extérieur, dogmatique, transcendante, prétendue valable pour tous. En finir avec les « Tu dois » « Il faut ». Apprendre à être responsable de ses choix en dehors de toute loi extérieure et accéder à la liberté d’être soi. Apprendre à oser, expérimenter, se faire confiance pour être soi, authentique, ouvert et parvenir à trouver sa place parmi tous.

    Nous avons appris à nous aimer  et à aimer le monde dans lequel nous vivons en choisissant l’environnement dans lequel nous évoluons, les personnes qui nous entourent, la manière dont nous voulons vivre. Nous avons appris à identifier nos besoins, nos ressentis et nos émotions qui nous traversent et nous savons à présent nous en servir et ne plus en être la victime.

    Nous avons appris à mieux communiquer et nous affirmer. Nous avons appris à nous soigner tant physiquement que psychiquement ou émotionnellement.

    Nous sommes reconnectés à notre Être profond.

    Le chemin est long mais c’est tellement enrichissant, que ça vaut le coup de le vivre.

    Source : L’éveilleur Quantique

    Apprendre à être soi-même

    Cela demande du courage et du temps. Pour cela, il est nécessaire de prendre conscience de ce que je ne veux plus, de ce que je ne veux pas et de ce que je veux voir se produire dans ma vie. Et pour avancer, il est nécessaire d’agir.

    Par exemple :

    • En arrêtant de me laisser envahir par mes pensées négatives, mes peurs, mes doutes.
    • En comprenant que je peux vivre dans l’instant présent.
    • En prenant conscience que mon bonheur dépend d’avantage de la satisfaction d’être qui je suis que de ce que je possède, de ce que je donne comme image de moi aux autres ou de ce que je fais.
    • En acceptant que nous (les humains, les animaux, la nature) sommes tous reliés, connectés et donc ce que je fais à l’autre, je le fais à moi-même.
    • En identifiant que mes croyances créent ma réalité et que je dois arrêter de voir : ce qui ne va pas dans ma vie et dans le monde ; ce que je pourrais perdre ou ce qu’on pourrait me prendre ; le risque que je prends de me tromper ou ce que les autres peuvent penser de moi.

    Pour cela, il faut vivre réellement, se lancer dans l’aventure et expérimenter :

    • En étant bienveillant avec soi-même,
    • En affirmant ce qui est important pour nous (besoins, émotions, sentiments, ressentis,…)
    • En acceptant de ne pas être parfait.
    • En prenant le risque d’échouer.